maniéré

manière [ manjɛr ] n. f.
• 1120; subst. de l'a. adj. fr. manier, bas lat. manuarius « de la main, en main »
I
1Forme particulière que revêt l'accomplissement d'une action, le déroulement d'un fait, l'être ou l'existence. façon, 2. mode, 2. moyen. Manière d'agir, de se conduire, d'être, de vivre. Je n'aime pas ses manières de faire. « une manière de sentir vive et forte » (Mme de Staël). C'est la meilleure manière de, pour réussir. La manière dont il s'y prend. « ce qui m'intéressait [...] c'était la manière dont ils le disaient » (Proust). Ellipt Il y a la manière : il faut savoir s'y prendre. Avoir la manière, l'art et la manière. Employer la manière forte.
2Loc. adv. De cette manière, de cette manière-là : ainsi. De toute manière, d'une manière ou d'une autre : en tout cas, quoi qu'il arrive. De quelle manière ? comment ? Iron. De la belle manière : rudement, sans ménagement. De la bonne manière : comme il le faut. D'une manière générale : dans la plupart des cas, en gros. D'une certaine manière : d'un certain point de vue, en un sens. De la même manière : pareillement. En aucune manière : aucunement. — Loc. prép. À la manière de : comme. « Il accomplissait sa tâche quotidienne à la manière du cheval de manège » (Flaubert). De manière à : afin de. « Apprends un métier et tâche de l'exercer de manière à gagner ta vie honorablement » (Duhamel). Loc. conj. (introd. une conséquence de fait avec l'indic., une conséquence voulue avec le subj.) DE (TELLE) MANIÈRE QUE : de (telle) sorte que, de façon que. Il a agi de telle manière qu'il a échoué. De manière que tout aille bien. De manière à ce que : de manière que (conséquence voulue). « Un portique disposé de manière à ce qu'on trouvât de l'ombre à toute heure » (France).
3Forme de comportement personnelle et habituelle. « ce n'est pas plus ma manière que mon goût » (Laclos). « Avec sa manière de crier sur les toits ses moindres relations » (Proust). Ce n'est pas dans sa manière. Il est heureux à sa manière.
4(XIIIe archit.) Mode d'expression caractéristique d'un artiste, d'une école. genre, style. Manière de peindre, d'écrire. « la manière vague, floue [...] qui faisait son originalité » (Gautier). Sonate dans la manière classique. La manière d'un peintre, d'un écrivain. Poème, tableau à la manière de X, imitant la manière de X. Subst. Un « à la manière de » : un pastiche. Manières successives, première manière. période.
Péj. (Vx) Maniérisme.
5(XIIe) Littér. Espèce, sorte. « L'amitié entre homme et femme, c'est encore une manière d'amour » (Cocteau). Roman construit en manière de poème, en forme de poème. Je l'ai dit en manière de plaisanterie, comme une plaisanterie. Mod. et fam. Manière de parler. Il a dit cela, mais c'est manière de parler, l'expression ne convient peut-être pas à la situation.
6Gramm. Compléments, adverbes de manière (ex. Il avance avec lenteur, lentement).
II(XVIIe) Au plur. Comportement d'une personne considéré surtout dans son effet sur autrui. « Les manières [...] sont souvent ce qui fait que les hommes décident de vous en bien ou en mal » (La Bruyère). Avoir, prendre de mauvaises manières. genre. Apprendre les bonnes, les belles manières. usage. En voilà des manières ! Fam. C'est pas des manières ! Fam. Sans manières : en toute simplicité. Recevoir des amis sans manières (cf. À la bonne franquette, sans façons, sans cérémonie). Toutes ses petites manières m'agacent. minauderie. Faire des manières : être poseur ( chichi, embarras) , faire des simagrées, se faire prier. « Elle avait fait des manières pour l'emmener chez elle » (Aragon).

manière nom féminin (ancien français manier, habile, du latin manus, main) Façon, méthode particulière d'agir, d'être : S'exprimer d'une manière très simple. Forme habituelle et personnelle de comportement : Cette brutalité n'est pas dans sa manière. Facture, style propre à un écrivain, à un artiste, à une école : Un tableau dans la manière de Watteau.manière (difficultés) nom féminin (ancien français manier, habile, du latin manus, main) Emploi 1. De manière que (= de sorte que, afin que), s'emploie de préférence à de manière à ce que. 2. De toute manière (= en tout cas), s'écrit au singulier. ● manière (expressions) nom féminin (ancien français manier, habile, du latin manus, main) Une manière de + nom, une sorte de (exprimant une approximation) : C'est une manière de roman philosophique. À la manière de, selon les habitudes de, à l'imitation de. Avoir (l'art et) la manière, savoir s'y prendre. De cette manière, ainsi. Littéraire. De la belle, de la bonne manière, rudement, fortement. De manière à, afin de, que, de façon à. D'une manière ou d'une autre, par un moyen ou par un autre, de toute façon. De telle manière que, de telle sorte que. De toute manière, de toutes les manières, dans tous les cas. D'une manière générale, le plus souvent, en règle générale. En aucune manière, nullement. En quelque manière, pour ainsi dire, en un certain sens. De manière, se dit d'un complément circonstanciel, d'un adverbe qui expriment de quelle manière est quelqu'un, quelque chose, se fait quelque chose. (Par exemple : Elle marche avec grâce, gracieusement. La plupart des adverbes de manière sont formés sur des adjectifs grâce au suffixe-ment.) Manière noire, procédé de gravure en taille-douce dans lequel la planche est d'abord couverte, au berceau, d'un grain uniforme serré, puis lissée (à l'ébarboir, au brunissoir) dans les parties qui doivent venir en demi-teinte ou en blanc sur les épreuves. ● manière (homonymes) nom féminin (ancien français manier, habile, du latin manus, main) manièrent forme conjuguée du verbe maniermanière (synonymes) nom féminin (ancien français manier, habile, du latin manus, main) Façon, méthode particulière d'agir, d'être
Synonymes :
- façon
- procédé
Forme habituelle et personnelle de comportement
Synonymes :
- air
Facture, style propre à un écrivain, à un artiste, à...
Synonymes :
- écriture
Gravure et lithographie. Manière noire
Synonymes :

manière
n. f.
rI./r
d1./d Façon, forme particulière sous laquelle une chose, une action se présente.
|| C'est une manière de parler: ce sont des paroles qu'il ne faut pas prendre à la lettre.
|| Il y a la manière: la façon de s'y prendre (avec tact, etc.) a son importance, pour parvenir à un résultat.
d2./d Façon de se comporter habituelle, propre à qqn.
d3./d Façon de composer, de s'exprimer propre à un artiste, un groupe d'artistes.
d4./d GRAM Complément, adverbe de manière, qui indique comment est accomplie une action.
rII./r
d1./d Loc. Prép. à la manière de: comme.
|| De manière à: de façon à.
d2./d Loc. conj. De (telle) manière que: de sorte que, d'une façon telle que. Il parle fort, de manière que nous l'entendions (subjonctif marquant la conséquence recherchée, voulue).
Il parle trop bas, de manière qu'on ne comprend plus rien (indicatif marquant le résultat acquis, réel).
d3./d Loc. adv. De toute manière: de toute façon, quoi qu'il en soit.
D'une manière générale: généralement, en gros.
rIII/r (Plur.) Façon de se comporter en société. Apprendre les bonnes manières.
|| Péjor. Faire des manières: agir avec affectation, se faire prier.

⇒MANIÈRE, subst. fém.
Synon. de façon (v. ce mot II B et C).
A. — 1. Aspect particulier, forme particulière que revêt un processus, une action ou un état. Un jour pourtant il me parla de la manière dont il voulait vivre avec elle (DURAS, Ourika, 1824, p. 115). La méthode expérimentale s'applique toujours de la même manière et suivant les mêmes principes, quelle que soit la science que l'on considère (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p. 266). V. afféterie ex. 3 et figurer ex. 3:
1. ... quand on apprit surtout qu'il était revenu à la foi, les camarades (...) lui marquèrent une amitié qui s'exprimait de plusieurs manières, en sourires, en paroles, en poignées de main, délicatement, fraternellement.
R. BAZIN, Blé, 1907, p. 335.
De manière, d'une manière + adj. L'autre baisse la tête d'une manière imperceptible, en forme d'acquiescement (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 169). Dans ses premières années surtout, l'enfant ressemblait à sa mère d'une manière frappante (H. POINCARÉ, Valeur sc., 1905, p. 171). L'évolution historique de la science humaine révèle de manière significative les liens étroits qui unissent le physique et le psychisme (Hist. sc., 1957, p. 1543). V. façon ex. 8.
SYNT. Affecter qqn/qqc. de manière directe/indirecte; calculer de manière abstraite; définir qqc. d'une manière complète, exhaustive; demander qqc. de manière instante; démontrer, exposer qqc. de manière certaine, éclatante, évidente, incontestable, irréfutable, nette, précise; échouer d'une manière définitive; établir qqc. d'une manière durable, efficace; formuler qqc. d'une manière explicite; sentir qqc. d'une manière confuse; traiter qqn de manière royale; varier d'une manière imprévue; s'excuser d'une manière vague; s'opposer de manière absolue à qqc.
Manière de + inf. Manière de s'habiller, d'opérer, de procéder, de sentir, de travailler, de voir. Les armes dont je parle sont les formes de penser, les façons de vivre, les manières d'espérer (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 28). Les paysans doivent transformer totalement leur manière de produire et de vivre afin de faire face aux problèmes du monde moderne (CACÉRÈS, Hist. éduc. pop., 1964, p. 165). V. affirmatif ex. 8:
2. Elle avait une si drôle de manière de parler, de raconter, de rire, de comprendre et de ne pas comprendre, de lever les yeux pour m'interroger, (...) de cesser de dessiner pour deviner, de se remettre au travail et de dire «yes» ou «no», que je serais demeuré un temps indéfini à l'écouter et à la regarder.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Épave, 1886, p. 722.
Manière d'être. V. être II A 2.
Manière de faire. Démarche, procédé. Je vous mets en garde contre une telle manière de faire de nos alliés américains et anglais (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 603). Durkheim écrit: «Est fait social toute manière de faire, fixée ou non, susceptible d'exercer sur l'individu une contrainte extérieure» (Traité sociol., 1968, p. 401):
3. Hollandais et Japonais pratiquaient cette manière de faire, mais les artistes rouennais créèrent, en utilisant le procédé, le décor rayonnant régulier et minutieux: en cela, ils montrent une indiscutable originalité.
G. FONTAINE, Céram. fr., 1965, p. 41.
Loc. adv.
En quelque manière, de quelque manière, d'une certaine manière. D'un certain point de vue. Nous cherchons chez nos amis les qualités qui nous font défaut, parce qu'en nous unissant à eux nous participons en quelque manière à leur nature (DURKHEIM, Divis. trav., 1893, p. 19). Mes thèses ont choqué (...) les personnes qui sont, de quelque manière, sous l'influence des idées que notre éducation nous a transmises au sujet du droit naturel (SOREL, Réflex. violence, 1908, p. 24):
4. ... distinguer rigoureusement le mouvement du mobile, c'est dire qu'à la rigueur le «mobile» ne se meut pas. Si la pierre-en-mouvement n'est pas d'une certaine manière autre que la pierre en repos, elle n'est jamais en mouvement...
MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p. 310.
D'une manière ou d'une autre, de toute(s) manière(s). Quel que soit le point de vue envisagé, dans tous les cas. Ce fut une année très vive, très laborieuse, très féconde de toute manière (DUPANLOUP, Journal, 1876, p. 37). Je me demande si, d'une manière ou d'une autre simple supposition, absolument gratuite, vous m'entendez, le crime ne pose pas pour lui une grave question de conscience (BERNANOS, Crime, 1935, p. 782). Le siège vacant doit, de toutes manières être pourvu dans moins de six mois (VEDEL, Dr. constit., 1949, p. 361):
5. ... je ne me sens point du tout porté à croire que le thé, le café et le sucre (...) nous aient été donnés comme des punitions: je pencherois plutôt à les envisager comme des présens; mais, d'une manière ou d'une autre, je ne les regarderai jamais comme indifférens.
J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 76.
D'une/de manière générale. Dans la plupart des cas, dans l'ensemble. Sans entrer dans les détails de nos observations, nous pouvons dire d'une manière générale que l'inoculation de ces organismes [aérobies et anaérobies] amène souvent des désordres mortels (PASTEUR ds Travaux, 1878, p. 194). D'une manière générale, les peuples de petite taille se rencontrent plutôt dans les forêts et dans les régions froides et peu fertiles où la vie est pénible (HADDON, Races hum., trad. par A. Van Gennep, 1930, p. 18).
D'aucune, en aucune manière. Absolument pas, en aucun cas. Le geste ne peut être d'aucune manière l'élément d'un son; et il y a entre eux l'infini (BONALD, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 250). Irun ne ressemble en aucune manière à un bourg français; les toits s'avancent en éventail (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 17).
De cette manière(-là), de la manière suivante. Ainsi. Vous avez tort. On ne traite pas de cette manière-là un pays comme la France (BARRÈS, Cahiers, t. 5, 1907, p. 186). Si l'ennemi tentait aujourd'hui d'envahir en force ces territoires, il est certain que des combats s'engageraient. Mais il n'y a pas de raison pour que l'ennemi procède de cette manière (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 376):
6. ... les principaux problèmes qui se posent pour l'État semblent pouvoir se grouper de la manière suivante: — des problèmes de finances publiques consistant à déterminer le montant de l'aide de l'État (...) — des problèmes économiques tendant à définir les modes d'utilisation de cette aide...
Aspects habitat rur. Fr, 1953, p. 15.
De la belle, de la bonne manière (vieilli, fam.). Sévèrement, énergiquement. Il manoeuvre bien; il est plus fort que son prédécesseur. Je le battrai, j'espère, de la belle manière (NAPOLÉON Ier, Lettres Joseph., 1796, p. 24). Le préfet s'est avisé d'y trouver à redire. Là-dessus nous l'avons mené de la bonne manière (COURIER, Pamphlets pol., Lettres partic., 1820, p. 65).
De quelle manière. Comment. Cette chose lui manquait, qu'elle avait tenue, mais où? Mais quand? De quelle manière? (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 212). Le secret avait été percé, par lui, et de quelle manière! J'en prenais mon parti (JOUVE, Scène capit., 1935, p. 220). On se souvient de quelle manière était organisé le pillage systématique de la plupart des collections privées ou publiques de la capitale et du pays tout entier (Musées Fr., 1950, p. 16).
Loc. conj. ou prép.
a) de comparaison
De la manière de (rare). Comme (celui, celle de). Qu'un nez droit de cette façon est contrastant avec un nez retroussé de la manière de sa femme (DELACROIX, Journal, 1822, p. 20).
En manière de (vieilli). En forme de. Dans les assiettes (...) les serviettes, arrangées en manière de bonnet d'évêque, tenaient entre le bâillement de leurs deux plis chacune un petit pain de forme ovale (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 55). Le fond de la salle était arrangé en manière de théâtre (SAND, Beaux MM. Bois-Doré, t. 1, 1857, p. 298).
De la même manière que. Dès le début, le grand quartier fonctionna de la même manière que pendant toute la guerre (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 239).
b) de conséquence ou de but
De manière que, de manière à ce que, de telle manière que + subj. (introduit une conséquence voulue ou envisagée). Malek Adhel reprit très-bas et en penchant la tête de manière à ce que Mathilde pût l'entendre (COTTIN, Mathilde, t. 2, 1805, p. 203). On rend mobile cette tablette de manière qu'on puisse la repousser au fond du chiffonnier (NOSBAN, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 89):
7. ... qu'il est difficile d'agir avec justice et douceur, et de telle manière qu'on ne puisse rien se reprocher...
LARBAUD, Journal, 1935, p. 367.
Rem. De manière à ce que double inutilement de manière que: ,,a) l'expression est lourde; b) elle est inutile; c) elle est tolérable, par la caution d'excellents écrivains, dans un texte rapide et un peu relâché; d) elle n'est jamais à recommander et est à proscrire dans un style soigné et soutenu. En bref, si possible, évitons-la`` (DUPRÉ 1972).
De manière que, de telle manière que + ind. (introduit une conséquence réelle). Chaque langue a son génie, et ce génie est un, de manière qu'il exclut toute idée de composition, de formation arbitraire et de convention antérieure (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 120). Des hommes éduqués, formés, mûris de telle manière qu'ils ne peuvent pas savoir ce qu'ils font (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 224).
De manière à + inf. Il faut (...) lire avec fruit; de manière à retenir et à s'approprier, en quelque sorte, ce qu'on a lu (LACLOS, Éduc. femmes, 1803, p. 481). Il est bon de tenir les briques à l'abri du soleil, en les recouvrant de paillassons soutenus par des piquets, de manière à permettre la circulation de l'air (BOURDE, Trav. publ., 1928, p. 129).
c) de manière
De quelque manière que + subj. Quelle que soit la manière dont. De quelque manière qu'il s'y prenne, à présent, il n'a plus beaucoup de chances de s'en tirer (SARTRE, Mains sales, 1948, 5e tabl., 1, p. 176).
De quelque manière que ce soit. D'une manière ou d'une autre. Si tu t'es approprié le travail d'autrui, de quelque manière que ce soit, tu rendras jusqu'au dernier quarteron (PROUDHON, Propriété, 1840, p. 192). Le droit pécuniaire, c'est-à-dire le droit exclusif pour l'auteur d'exploiter son oeuvre sous quelque forme et de quelque manière que ce soit (Civilis. écr., 1939, p. 16-10).
Loc. verb. (vieilli). Faire manière de + inf. Faire mine de. Le dauphin Charles, en l'an 1419, avait fait peindre des panonceaux à la ressemblance de saint Michel tout armé, tenant une épée nue et faisant manière de tuer un serpent (A. FRANCE, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 35).
2. [L'action décrite est implicite] Manière (supra A 1) de faire, manière de se comporter. Vous trouvez peut-être singulier que je vous questionne aussi librement... Ma foi vous m'excuserez, c'est ma manière... (GUILBERT DE PIXÉR., Coelina, 1801, III, 2, p. 43). Explique-toi, Ometto, je t'entends de moins en moins clairement; tu uses de la manière des sibylles; et on dirait que la distance qui nous sépare ne cesse de s'accroître (ARNOUX, Seigneur, 1955, p. 38):
8. C'était une gamine, irresponsable au fond, on se servait d'elle, trop naïve pour se rendre compte qu'on se servait d'elle, c'est bien dans la manière des communistes de se cacher derrière une jeune fille de bonne famille...
VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 106.
Loc. adj. ou adv.
De ma, ta... manière (rare). Je veux, ô Française charmante, Te fredonner une chanson; Une chanson de ma manière (NOUVEAU, Valentines, 1886, p. 140).
À ma, ta... manière. Autrefois chaque peuple, chaque homme priait à sa manière, et de cette diversité des hymnes naissait une immense harmonie qui réjouissait le ciel (MÉNARD, Rêv. païen, 1876, p. 59):
9. Alors seulement ils consentirent à s'expliquer; La Guillaumette exposant le cas en sa qualité de chef de détachement, Croquebol (...) contant l'affaire à sa manière, crainte que le copain ne le mît en avant, en se déchargeant sur son dos.
COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 2e part., II, p. 105.
À la manière + adj. de caractérisation (le plus souvent ethnique). Ces contrées montueuses toutes couvertes de pâturages, de vergers abondans, et d'habitations éparses à la manière patriarchale (SENANCOUR, Rêveries, 1799, p. 229). Il peignit une loge toute en paysages et y reproduisit Rome, Milan, Gênes, Florence, Venise et Naples à la manière flamande (P. LAVEDAN, Urban., 1926, p. 203).
Rem. À noter l'ell. de manière dans un très grand nombre de loc. du type à la + adj. au fém. (enchères à l'américaine, jardin à la française, etc.).
Loc. prép.
À la manière de + subst. désignant un être vivant, une discipline, une époque donnée (v. aussi infra C 1 b). Agir à la manière des enfants. Elle n'était pas innocente à la manière des demoiselles, — les animaux l'avaient instruite, — mais la raison et l'instinct de l'honneur l'empêchèrent de faillir (FLAUB., Coeur simple, 1877, p. 9). La connaissance religieuse, qui a pour objet, non ce qui est, mais ce qui doit être, ne peut se déterminer à la manière des connaissances scientifiques (Philos., Relig., 1957, p. 32-15):
10. ... l'affaire Dreyfus nous a montré que l'immense majorité des officiers et des prêtres concevait toujours la justice à la manière de l'Ancien Régime et trouvait toute naturelle une condamnation pour raison d'État.
SOREL, Réflex. violence, 1908, p. 154.
Dans la manière de + subst. (vieilli). La tête renversée contre Philippe, elle lui parlait dans la manière de la plainte et de l'amour (NOAILLES, Nouv. espér., 1903, p. 236):
11. [Le docteur à Pierre:] — À moi, spécialisé dans l'étude des mouvements impulsifs et dans l'anatomie des réflexes, votre fougue m'est parue très extraordinaire, pas du tout proportionnée avec son objet. Cela avait de l'originalité et même de la beauté. Dans la manière d'une panthère sautant sur un moustique.
MORAND, Homme pressé, 1941, p. 12.
Loc. verb. (rare). Trouver manière de + inf. Trouver le moyen de:
12. ... bien qu'il m'entretînt de préférence des histoires merveilleuses de ce pays d'enchantement (...), il trouvait toujours manière d'en tirer, pour mon instruction, d'excellents enseignements.
NODIER, Fée Miettes, 1831, p. 70.
[Avec valeur méliorative] Savoir-faire, élégance, délicatesse dans l'action ou le comportement:
13. ... y a pas quat' maisons qui ne lui doivent pas une chaumine où il n'ait fait bon bien, non seulement avec la bourse mais avec la manière...
LA VARENDE, Nez-de-Cuir, 1936, p. 98.
L'art et la manière. La bonne façon de faire, de procéder. (Ds REY-CHANTR. Expr. 1979, s.v. art).
Loc. Il y a la manière; connaître, savoir la manière. Aime-moi donc mieux Que tous ces jeunes et ces vieux Qui ne savent pas la manière (VERLAINE, Œuvres compl., t. 2, Parall., 1889, p. 141). Si mon fils m'avait joué un tour pareil, je l'eusse tout bonnement roué de coups et traîné par les cheveux jusqu'à la maison. Folcoche, elle, connaissait la manière (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 216):
14. Les questions qu'il compte poser à l'interviewé, le journaliste qui sait son métier ne les pose qu'avec tact. Il doit faire preuve d'une extrême correction, car il y a la manière, qui n'est pas à la portée du premier venu.
COSTON, A.B.C. journ., 1952, p. 113.
Avoir la manière. Savoir y faire, savoir s'y prendre avec quelqu'un. Il a la manière — voilà le mot — avec les paysans, avec les moteurs, avec les femmes. Ça me paraît aussi mystérieux que le tour de main du bon ouvrier, dont mon grand-père nous cassait les oreilles, avant que ma mère l'eût mis à la retraite (R. VAILLAND, Beau Masque ds REY-CHANTR. Expr. 1979).
Expressions
Manière forte. V. fort1 I A 1.
Bonne manière. Geste amical, gentillesse à l'égard de quelqu'un. Il était gentil, ce Fauchery; elle lui revaudrait sa bonne manière (ZOLA, Nana, 1880, p. 1126). Tu peux te mettre là à lui donner tout ce qu'elle veut, lui faire des bonnes manières, lui porter ci, lui porter ça, lui aplanir la vie du jour. Rien: comme du bois (GIONO, Regain, 1930, p. 211).
3. GRAMM. Adverbe de manière. Adverbe exprimant la façon de faire ou d'être. V. adverbe ex. 5. Complément de manière. Complément qui indique comment se fait l'action (v. GREV. 1969, p. 148, note 1).
4. Gravure. Manière de crayon, de pastel. Procédé de gravure en taille douce sur métal, dont le but est de se rapprocher, à l'impression, de l'effet du crayon ou du pastel (d'apr. BÉG. Estampe 1977). Les graveurs du siècle dernier (...) désignaient [le vernis mou] sous le nom de gravure en manière de crayon (M. LALANNE, Grav. eau forte, 1866, p. 77):
15. «(...) [Louis-Marin Bonnet] ajouta à ce procédé (la manière de crayon de Demarteau) de nouvelles couleurs imitant le pastel, et par le jeu de planches polychromées, il réussit à composer de brillantes gravures en manière de pastel» (Albert de Neuville. Gilles Demarteau. Turnhout. 1920).
BÉG. Estampe 1977, p. 406.
B.Au plur. [Dans la vie soc.]
1. Attitudes, gestes, comportement. J'ai entendu souvent ses amis s'étonner qu'avec tant de bravoure, d'intelligence et de charme dans les manières, il n'ait pas eu un plus rapide avancement (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 33). V. amusement ex. 3:
16. Elle était grande et toujours plus jolie que n'avait été la mère, bien qu'elle n'eût pas la même douceur de traits ni de manières.
R. BAZIN, Blé, 1907, p. 81.
SYNT. Manières du monde, de la ville; manières d'autrefois, du temps présent; manières de l'amour; affabilité, aisance, élégance, grâce, noblesse, perfection, simplicité de/des/dans les manières; avoir, copier, imiter, prendre les manières de qqn.
Manières + adj. Elles avaient recueilli (...) [au couvent] les manières discrètes des filles du monde (MAUPASS., Mt-Oriol, 1887, p. 54). Il m'a presque poussé vers la porte... Oh! bien sûr, avec ses manières trop aimables, insolentes à force d'être polies, ses manières d'officier noble, quoi! (MAURIAC, Mal aimés, 1945, I, 4, p. 174). V. flatter ex. de ZOLA, Nana, 1880, p. 1308:
17. ... c'était un être instable, bavard, affable, pirouettant, qui dissimulait son immense orgueil de race et sa vanité non pas (...) sous une fausse humilité et des petites manières de sacristie, mais sous beaucoup de politesses et une bienveillance amusée de grand seigneur.
CENDRARS, Main coupée, 1946, p. 205.
SYNT. Manières affables, affectueuses, agréables, amènes, aristocratiques, cérémonieuses, charmantes, convenables, distinguées, douces, élégantes, empressées, exquises, fières, franches, impétueuses, imposantes, ingénues, nobles, prévenantes, recherchées, simples, sérieuses, tranquilles; manières brusques, brutales, froides, frustes, gauches, niaises, rudes, sucrées; jolies manières.
Bonnes manières. Attitudes, gestes considérés comme la marque de la bienséance, du savoir-vivre. Les bonnes manières sont tombées dans un tel oubli, qu'il faut en savoir gré même à ses ennemis quand ils en font preuve (MÉRIMÉE, Lettres ctesse de Montijo, t. 2, 1865, p. 273). V. excellent ex. 4.
Belles, grandes, hautes manières (vieilli). Usages du monde, de la haute société. Apprendre les belles manières; affecter les grandes manières; personnage de hautes manières. Madame de Lenoncourt était alors une femme de cinquante-six ans, parfaitement conservée et qui avait de grandes manières (BALZAC, Lys, 1836, p. 104). V. encourager ex. de FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 339.
Avec nuance péj. Vous avez l'air de me traiter comme un voleur, ces manières-là ne réussissent jamais avec moi (BECQUE, Corbeaux, 1882, IV, 10, p. 243). Que vois-je? Vous avez du rouge à lèvres! (...) et de la poudre. En voilà des manières. Et pour qui tous ces frais? (COCTEAU, Par. terr., 1938, I, 4, p. 203).
Avec valeur méliorative. Éducation, savoir-vivre. Manquer de manières; avoir oublié les manières; homme, personne sans manières; science des manières (vieilli). Il était le seul homme qui eût des manières, un maintien, au milieu de ce salon que les invités remplissaient insensiblement (BALZAC, Pts bourg., 1850, p. 121). La culture n'est rien sans les manières, mais l'alliance des deux chez une femme est le produit le plus exquis de la civilisation (MAUROIS, Ariel, 1923, p. 143). Voilà ce dont tu me juges capable? (...) Je ne veux pas faire le mouton. On a des manières, nous autres (SARTRE, Mains sales, 1948, II, 4, p. 54).
2. Fam. Comportement maniéré, chichis, minauderies. Pardieu, docteur, il ne faut point dire: «Eh! Eh!» et jouer les petites manières! Vous venez réclamer votre dû, rien de plus juste (COURTELINE, Femmes d'amis, Art réduire dettes, 1927, p. 153). Ici, plus de manières. On boit en copains (ARNOUX, Paris, 1939, p. 37).
Rem. Avec le même sens, au sing. Mario prit la parole, enchanté d'avoir à s'expliquer, mais sans impudence ni manière (SAND, Beaux MM. Bois-Doré, t. 1, 1857, p. 131).
Loc. verb. Faire des manières. Elle avait fait des manières pour l'emmener chez elle, et lui ne voulait pas payer l'hôtel après le dîner (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 278):
18. Bergson fait mille manières avant de se servir du langage. Mais finalement il accepte que les mots jouent le rôle de guides, d'indicateurs, de messagers à demi fidèles...
SARTRE, Réflex. quest. juive, 1946, p. 150.
Loc. adj. Sans manières. Simple, naturel. Chaque famille sécrète un ennui intérieur et spécifique (...). Mais elle a aussi une antique et puissante vertu, qui réside dans la communion autour de la soupe du soir, et le sentiment d'être entre soi, et sans manières, tels que l'on est (VALÉRY, Tel quel II, 1943, p. 341).
C. ARTS, LITT.
1. Technique, ensemble de procédés, d'effets particuliers. Trouver, transformer sa manière, se créer une manière; étudier, s'approprier la manière des maîtres. La nature est pour (...) [le peintre] ce qu'il veut qu'elle soit. Mais cette prise de possession est l'apanage (...) de ceux que nous appelons les maîtres (...). Ceux-là ont un style; quiconque les imite n'a qu'une manière (Ch. BLANC, Gramm. arts dessin, 1876, p. 532). Je doute qu'aucun des maîtres venus avant nous ait eu conscience d'avoir une manière, des procédés; ceux dont il use (...) deviennent les siens parce qu'ils entrent dans la création d'un style qui, dès qu'il existe, est unique et irremplaçable (MAURIAC, Mém. intér., 1959, p. 209):
19. Il y a la «manière» qui est chose personnelle, qui appartient en propre à l'artiste, qui est le produit de la réaction de l'artiste vis-à-vis du style (...) et il y a le «style» produit en quelque sorte collectif où se cristallisent certains modes de penser, de sentir, d'agir d'un siècle, d'une nation, d'un groupe...
SCHLOEZER, Stravinski, 1929, p. 116.
Manière + déterm.
a) [Le déterm. exprime une qualité] Manière facile, fastueuse, lâche, libre, précise, simple, solide, spirituelle (d'un artiste, d'un auteur). Élève de Jean Bellin, Titien, dans ses commencements, en imite la manière un peu sèche et la naïveté encore gothique (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p. 49). Murillo a eu trois manières que les Espagnols appellent froide, chaude et vaporeuse (MÉNARD, Hist. B.-A., 1882, p. 189).
En partic. Première, deuxième, énième manière de qqn. [La Déposition du Christ au tombeau, de la galerie Borghèse est] un excellent exemple de la seconde manière de Raphaël. Tout ce qui est encore plus étroit, timide, mesquin, figures affligées, de petits yeux, constitue la première manière de ce grand peintre (STENDHAL, Hist. peint. Ital., t. 2, 1817, p. 422). C'est une chanson nouvelle, Feydeau seconde manière (FLAUB., Corresp., 1863, p. 98):
20. La technique dramatique de Shaw n'a cessé de s'enrichir, de s'élargir (...). Les anecdotes, les péripéties des oeuvres de sa première manière se sont peu à peu transformées en grands thèmes historiques ou symboliques...
Arts et litt., t. 2, 1936, p. 30-08.
b) [Le déterm. exprime une relation]
♦[Il désigne la discipline concernée] On peut par là marquer les deux temps de ma manière critique, si j'ose bien en parler ainsi: dans le premier, j'interprète, j'explique, je professe les poëtes devant le public, et suis tout occupé à les faire valoir (SAINTE-BEUVE, Portr. contemp., t. 1, 1845, p. 4). Le potentiel physique peut influer sur le développement de la manière oratoire et sur l'esprit des discours (WICART, Orateur, t. 1, 1936, p. 32).
♦[Il désigne un artiste, un auteur, une école, une époque] Manière davidienne, japonaise; manière de Delacroix, de Franck, de Palestrina, de Dickens; manière de l'école française, de l'école classique, romantique; manière (architecturale) des Romains; manière du XVIIe s., d'aujourd'hui. Le manuscrit était intitulé: Gaspard de la Nuit, Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot (BERTRAND, Gaspard, 1841, p. 60). Il prétend que son grand Gauguin est l'apothéose de la manière tahitienne. Je le crois sans peine (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 65). L'existence est un opéra dans la manière ancienne, avec ses ouvertures, ses ensembles, ses grands airs, et l'ivresse des violons (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 191).
À la manière de... (Titre d'un recueil de pastiches de Paul Reboux). Subst. Un à la manière de. Un pastiche. (Dict. XXe s.).
Manière noire. Procédé de gravure qui consiste d'abord à grener la surface d'une plaque de métal, à l'aide d'un outil, d'un jet de sable ou d'un acide, puis à écraser le grain ainsi obtenu, aux endroits où l'on désire obtenir des blancs et des gris, l'encre ne demeurant, lors de l'impression, qu'aux endroits grénés. Synon. mezzo-tinto (d'apr. BÉG. Dessin 1978). Gravure en manière noire. Le graveur en manière noire procède à l'inverse du graveur en taille-douce et du graveur à l'eau-forte. Ceux-ci distribuent du noir sur une surface blanche; celui-là distribue du blanc sur une surface noire (Ch. BLANC, Gramm. arts dessin, 1876, p. 640).
2. Vieilli. Affectation, recherche, exagération dans le raffinement. Synon. maniérisme (v. ce mot B). L'artiste [Hébert] ne vit point (...) que (...) sa grâce native dégénérait en manière, sa distinction en afféterie (CASTAGNARY, Salon, 1863, p. 117). [L'homme d'aujourd'hui] demande à l'art (...) un style qui tourne à la manière, au parti pris et à l'excès (TAINE, Philos. art, t. 2, 1865, p. 160). Chaque nouvelle sève de production littéraire (...) est déterminée [en Allemagne] par un nouveau système d'esthétique; de là, dans sa littérature, tant de manière et d'artificiel (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 310).
Sans connotation péj. V. maniérisme B 2:
21. Les figures de cette composition [le retable de Bâle] rappellent un peu les peintures des catacombes de Rome, mais on sent dans l'exécution une certaine recherche et un commencement de manière, indices d'un art qui cherche à se dégager des traditions de l'Antiquité.
MÉRIMÉE, Ét. arts Moy. Âge, 1870, pp. 345-346.
D. P. ext., vieilli. Espèce, genre, sorte.
(Une) manière de + subst.
a) [En parlant d'une chose concr.] Des cépées très épaisses qui, en peu d'années, parviennent à une hauteur de sept à huit pieds. C'est cette manière de taillis fourré que l'on nomme mâquis (MÉRIMÉE, Mosaïque, 1833, p. 3). Un manteau roulé formait une manière de siège (FLAUB., Coeur simple, 1877, p. 18). [J'] ai connu [Apollinaire] en uniforme bien pâle, le crâne rasé, la tempe marquée d'une cicatrice (...). Un dispositif de bandes et de cuir lui faisait une manière de turban ou petit casque (COCTEAU, Diff. d'être, 1947, p. 153).
b) [En parlant d'une chose abstr.] C'était là aussi, comme à Strasbourg, une manière de conjuration qui réussissait, mais une conjuration lointaine et sujette à bien des risques, à bien des retours (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 7, 1864, p. 86):
22. Cette philosophie (du dix-huitième) a amené les hommes vers le milieu du dix-neuvième à une manière de scepticisme absolu, ou plutôt (...) à une indifférence absolue pour toute philosophie et même pour toute morale.
BARRÈS, Cahiers, t. 4, 1906, p. 53.
c) [En parlant d'une pers.] La dernière fois que nous avons chassé dans la forêt, il est venu à moi cette manière de garde qui m'a remplacé à Gondreville (BALZAC, Tén. affaire, 1841, p. 176). Il paraît que, pendant mon absence, je suis devenu une manière de célébrité (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1470). C'était un général savoisien, une manière de héros qui avait fait — aux Indes, je crois — des choses extraordinaires comme bravoure, intelligence, et habileté (GYP, Souv. pte fille, 1928, p.242).
Loc. prép.
En manière de
En manière de + subst. En guise de. (Dire qqc.) en manière de consolation, de plaisanterie, de réponse; (faire qqc.) en manière de représailles. [Vinci] (...) prépara (...) le carton de la Cène, dont il peignit d'abord les têtes séparément, en manière d'étude, à l'huile et au pastel (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p. 206). Il parla longuement, fit sentir sa connaissance des affaires, donna des conseils (...). Puis en manière de conclusion: — C'est très bien, dit-il (A. FRANCE, Bergeret, 1901, p. 134):
23. Seul le mile, du fait de remarquables performances anglo-saxonnes dans cette épreuve, et peut-être en manière d'hommage inconscient aux origines, garde à travers le monde un caractère de valeur-étalon.
Jeux et sports, 1967, p. 1224.
En manière de + inf. Pour. [Saint-Loup] me passait doucement la main sur le front, en manière de me consoler (PROUST, Fugit., 1922, p. 437).
Par manière de
Par manière de + subst. En guise de, en tant que. Il ne faut pas te chagriner, ma bonne femme. Ce n'est pas par manière de reproche que je t'ai dit cela, mais par manière de remerciement, bien au contraire (SAND, Pte Fad., 1849, p. 4). L'Allemand donna à Juliette un coup de coude, au niveau de la taille, par manière de plaisanterie (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 85). V. acquit ex. 6.
Par manière de+ inf. Pour. Bohémienne, elle ne l'était pourtant que de profession et par manière de dire (SAND, Consuelo, t. 1, 1842-43, p. 11). Cisy, par manière de rire, l'appela «voleur» plusieurs fois (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 25).
Loc. verb. C'est (ce n'est qu') une manière de parler. Ce n'est pas à prendre à la lettre. On paraît quelquefois étonné d'entendre se plaindre d'une triple aristocratie d'église, d'épée et de robe. On veut que ce ne soit là qu'une manière de parler, mais cette expression doit être prise à la rigueur (SIEYÈS, Tiers état, 1789, p. 35).
REM. Magnes, subst. fém. plur., synon. pop. (supra B). Magnes gentilles. Clo-Clo m'annonce que mon beau-frère accepte de venir dîner avec moi, ce soir. Quel honneur! Et ce qu'ils en font des magnes pour taper les gens! (TOULET, Nane, 1905, p. 197). T'as fini avec tes magnes de fille? lui lance Lardet d'une voix qui rage. J'aime pas ça, tu sais (LACRETELLE, Hts ponts, t. 3, 1935, p. 91). Je t'ai dit de laisser l'môme ici! En v'là des magnes! Fous-lui une paire de baffes s'il veut pas t'obéir (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 189).
Prononc. et Orth.: []. Ac. 1694 et 1718: maniere; 1740: maniére; dep. 1762: manière. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1119 «façon d'être, de se comporter» (PHILIPPE DE THAON, Comput, éd. E. Mall, 438); 1395 a la maniere de + subst. «à la façon de» (Voyage de Jérusalem du Seigneur d'Anglure, éd. Fr. Bonnardot et A. Longnon, 240); ) 1370-72 manière de + inf. «façon de» (ORESME, Ethiques, éd. A. D. Menut, p. 113, note 5: maniere de parler); spéc. 1549 comme par maniere de parler «parler sans conséquence» (EST.); ) loc. adv. ca 1145 en nulle maniere «en aucune façon» (WACE, Conception ND, éd. W. R. Ashford, 251); 1540 en aulcune maniere (HERBERAY DES ESSARTS, Amadis de Gaule, éd. H. Vaganay, livre I, chap. 2, p. 18); 1155 en quel maniere «de quelle façon» (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 104); ca 1170 de queil maniere «id.» (MARIE DE FRANCE, Lais, Eliduc, éd. J. Rychner, 207); ca 1260 en toutes manieres «en toutes façons» (Ménestrel de Reims, éd. N. de Wailly, 300); 1538 en toutes manieres «dans tous les cas» (EST., s.v. modus); 1835 de toute maniere (Ac.); loc. conj. ca 1145 en la maniere que + ind. «de la façon que» (WACE, Conception ND, 1729); ca 1165 en tel maniere... que + subj. «de telle sorte que» (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 17064); 1547 de maniere que + ind. «de façon que, de sorte que» (DU FAIL, Propos rustiques, éd. J. Assézat, t. 1, p. 123); 1671 de maniere, de telle maniere que «id.» (POMEY); loc. prép. 1679 d'une manière à + inf. «si bien que» (SÉVIGNÉ, Lettre 13 décembre, éd. M. Monmerqué, t. 6, p. 142); 1792 de manière à + inf. «id.» (STAËL, Lettr. L. de Narbonne, p. 28); b) 1260 «façon de bâtir, style» (VILLARD DE HONNECOURT, Album, éd. H. R. Hahnloser, planche 28, c); 1501 (Livre de conduite du Régisseur... pour le Mystère de la Passion joué à Mons, éd. G. Cohen, p. 472: toile peinte à maniere de pierre d'Escussines); 1641 «façon de peindre d'un peintre» (POUSSIN, Lett. à M. de Chantelou, 11 juin, éd. Ch. Jouany ds Arch. de l'Art fr., t. 5, p. 71); 1699 péj. «affectation, recherche» (ROGER DE PILES, Abrégé de la Vie des peintres, p. 205); c) 1751 gramm. (Encyclop. t. 1, s.v. adverbe); 2. ca 1150 une manere de + subst. «une espèce de, une apparence de» (WACE, Nicolas, éd. E. Ronsjö, 1386); fin XIVe s. par maniere de + subst. (FROISSART, Chron., éd. S. Luce, t. 2, p. 42); ca 1480 en maniére de + subst. (Myst. du V. Testament, éd. J. de Rothschild, 43488); id. en maniére de + inf. (ibid., 42491). B. 1170 meniere «comportement, apparence d'une personne en société» (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec, éd. M. Roques, 1487), le plus souvent au plur. 1174-78 meneires «habitudes, genre de vie» (ÉTIENNE DE FOUGÈRES, Manières, éd. R. Lodge, 1339); 1662 belles manières «habitudes de la haute société, du monde élégant» (PASCAL, Pensées, éd. L. Lafuma, p. 109a); 1798 iron. avoir les belles manières «affecter les manières d'un état au-dessus du sien» (Ac.); 1862 fam. faire des manières (LARCH. qui cite d'Héricault). Fém. substantivé de l'anc. adj. manier «qu'on fait fonctionner à la main» (ca 1140 GEOFFROI GAIMAR, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 2906: arcs manners), d'où «habile» (ca 1155 WACE, Brut, éd. I. Arnold, 4055), du lat. manuarius «de main, qu'on tient à la main», dér. de manus «main». Fréq. abs. littér.:20422. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 41650, b) 23355; XXe s.: a) 21366, b) 25947.
DÉR. 1. Maniérer, verbe trans., vieilli. a) Emploi trans. Maniérer qqc. Raffiner quelque chose, le travailler à outrance. [L'artiste de profession] aurait tourmenté et maniéré ce bois sans en tirer cette forme simple, vraie et pleine de grâce dans sa gaucherie (SAND, Compagn. Tour de Fr., 1840, p. 183). b) Emploi pronom. ) Être, devenir maniéré, affecté. Ma mère (...) ne me menait pas aux Tuileries étaler des toilettes que nous n'avions pas et me maniérer en jouant au cerceau ou à la corde sous les regards des badauds (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 170). Femmes en miniature [les Japonaises], à la fois enfantines et vieillottes, dont l'excessive grâce se manière et minaude jusqu'à la grimace (LOTI, Exilée, 1893, p. 244). Le style qui se manière, qui se guinde pour se faire remarquer, est mauvais (RODIN, Art, 1911, p. 124). ) Se gêner, faire des manières. Le marquis: (...) je meurs de faim (...) vu que, ce matin, au château, quand la baronne m'a dit de me regarder comme chez moi, j'ai eu la sottise de me maniérer (DUMAS père, L. Bernard, 1843, II, 2, p. 221). [], (il) manière []. Conjug. cf. abréger. 1re attest. 1672 (ANTOINE DE COURTIN, Nouv. traité de la civilité qui se pratique en France, p. 227); de manière, dés. -er. 2. Maniériser (se), verbe pronom., hapax. Devenir maniéré, affecté. Le puissant poème populaire se complique, se maniérise et tend à devenir un objet d'art (FAURE, Hist. art, 1912, p. 304). [], (il se) maniérise []. 1re attest. 1912 id.; de manière, suff. -iser.
BBG. — BALIBAR-MRATI (A.). Une liste d'ext. lex. pour les opérateurs maniere et façon. Linguisticae investigationes. 1980, t. 4, n° 1, pp. 1-20. — DARM. Vie 1932, pp. 192-193. — FLUTRE (L. F.). Anc. fr. «de manieres». Romania, 1956, t. 77, pp. 515-521. — GOHIN 1903, p. 367. — JUNG (M. R.). Poetria. Zur Dichtungstheorie des ausgehenden Mittelalters in Frankreich. Vox rom. 1971, t. 30, n° 1, p. 46. — LECOY (F.). Notes de lexicogr. fr. In: [Mél. Brunel (C.)]. Paris, 1955, pp. 118-120. — QUEM. DDL t. 2 (s.v. se maniérer).

manière [manjɛʀ] n. f.
ÉTYM. V. 1119; subst. de l'anc. adj. manier, ère, du lat. manuarius « de main, qu'on tient à la main », de manus. → Main.
———
I
1 Forme particulière que revêt l'accomplissement d'une action, le déroulement d'un fait, la nature ou l'extérieur d'un être, d'un objet. Façon, forme (II.), genre, mode.
1 manière, façon. La synonymie est très étroite entre ces deux mots, mais difficile à exprimer. De cette manière ou de cette façon, c'est-à-dire ainsi; de quelle manière ou de quelle façon, c'est-à-dire comment et comme.
Lafaye, Dict. des synonymes, art. Manière, façon.
Manière de voyager rapide, mais incommode (cit. 3). Moyen. || Les étourneaux (cit. 1) ont une manière de voler qui leur est propre. || Manière de marcher ( Démarche). || Les différentes manières de préparer le poisson (→ Assaisonnement, cit. 3). Procédé, technique, tour (de main). || Trouver la manière de faire jouer (cit. 8) un verrou. Art, méthode, système, truc.Manière de s'acquitter d'une dette. Modalité. || Manière de prononcer les lettres (cit. 9). || Manière de s'exprimer, de parler ( Expression, tour, tournure; → 2. Causer, cit. 9). || Sa manière de parler est bizarre, incorrecte.Manière d'agir, de se conduire, de se comporter à l'égard d'autrui. Agissements, comportement, conduite, politique; commerce (→ Attirer, cit. 36).Au plur. || Je n'aime pas ses manières d'agir. Façon (II., cit. 14), procédé (→ Brutalité, cit. 2). || Manière de faire. || Manière de gouverner (cit. 32), de punir (→ Humiliation, cit. 4), de faire la guerre (→ Humaniser, cit. 10). || Manière d'être, de se tenir. Attitude (cit. 9), état, tenue (→ Homme, cit. 106). || Les qualités d'un homme, son caractère, sa condition se manifestent dans sa manière d'être.Manière de vivre. Genre, régime (de vie; → Agréable, cit. 9; exaltation, cit. 4).Manière de penser (→ Imposteur, cit. 1), de sentir (→ Ligne, cit. 17), de voir. Avis, jugement, opinion, vue (point de vue); disposition, tour (d'esprit).aussi Contradiction, cit. 12; contre-épreuve, cit. 1; enfance, cit. 9. — ☑ Prov. La manière de donner vaut mieux que ce qu'on donne. Façon.Vx. || Trouver manière de…, moyen et manière de…(Avec un compl. introduit par une autre préposition que de). || La manière la meilleure pour réussir une opération (→ Casier, cit. 2).
2 Mais ce lion (qui jamais ne fut grue)
Trouva moyen et manière et matière,
D'ongles et dents, de rompre la ratière (…)
Clément Marot, Épîtres, XII.
3 Ce n'est jamais par là que l'on en vient à bout :
Il y faut une autre manière (…)
La Fontaine, Fables, X, 10.
4 La première condition pour écrire, c'est une manière de sentir vive et forte.
Mme de Staël, De l'Allemagne, II, I.
5 Il y a autant de beautés qu'il y a de manières habituelles de chercher le bonheur.
Baudelaire, Curiosités esthétiques, III, II.
6 Peut-être tout le mérite de son histoire était-il dans sa manière de la raconter (…)
Barbey d'Aurevilly, les Diaboliques, « Dessous de cartes », p. 261.
7 Il avait une manière ferme et douce de traîner la voix sur certains mots, sans que son visage s'animât (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. I, p. 228.
Absolt.Loc. fam. Avoir la manière : savoir s'y prendre — ☑ Il y a la manière, la façon de procéder. || On peut refuser un cadeau, mais il y a la manière. — ☑ La manière forte : des procédés dépourvus de ménagements, l'emploi de la force.
2 (XIIIe, archit.). Mode d'expression caractéristique d'un artiste, d'une école.Manière de… (et inf.). Genre, style. || Manière de peindre (→ Blanchâtre, cit. 1), de sculpter, d'écrire (→ Familiarité, cit. 15).Absolt. || La manière heurtée (cit. 34), vague et floue (cit. 3) d'un peintre. Expression, touche. || Brutalité de manière (→ Férocité, cit. 5). || Manière d'un auteur (cit. 40), d'un écrivain (→ Large, cit. 11). || Manières successives, première manière. Période.La manière d'un acteur. (plus fréquent) Jeu.Par ext. (En parlant d'une œuvre d'art ou d'un ouvrage de l'esprit). Facture, faire (cit. 226), goût. || Sonate dans la manière classique. || Tableau dans la manière flamande ( École).
8 (…) vous en verrez de ma manière (des portraits) qui ne vous déplairont pas.
Molière, les Précieuses ridicules, IX.
9 Dans la manière grecque et dans le goût romain,
Molière, la Gloire du Val-de-Grâce.
10 manière, en Peinture, est une façon particulière que chaque peintre se fait de dessiner, de composer, d'exprimer, de colorier (…) « Manière ». Le même peintre a successivement trois manières et quelquefois davantage (…)
Encycl. (Diderot).
11 Ce que l'on appelle les diverses manières des maîtres, n'est-ce pas l'expression des successives transformations de leur être ?
G. Sand, Elle et Lui, I.
Péj. (Vx). Recherche excessive, affectation. Maniéré, maniérisme. || « À force de soigner son style, on peut tomber dans la manière » (Académie).Confondre l'art (cit. 54) et la manière.
12 La manière est un vice commun à tous les beaux-arts (…) elle est plus insupportable à l'homme de goût que la laideur (…)
Diderot, Salon de 1767, De la manière.
13 (…) le caractère principal de la manière est le défaut de sincérité dans le sentiment comme dans l'imitation (…)
E. Delacroix, Journal, 25 janv. 1857.
14 Aimer et chérir Molière, c'est être antipathique à toute manière dans le langage et dans l'expression; c'est ne pas s'amuser et s'attarder aux grâces mignardes, aux finesses cherchées, aux coups de pinceau léchés, au marivaudage en aucun genre, au style miroitant et artificiel.
Sainte-Beuve, Nouveaux lundis, 13 juil. 1863, « Molière », III.
Au plur. (rare). || Les manières opposées de Raphaël et de Michel-Ange.
3 (Tournures particulières). a (Avec un adjectif possessif; au sing.). Forme de comportement, de pensée, d'expression… particulière et habituelle à quelqu'un. || C'est sa manière d'arriver en retard. Coutume, habitude. || Avec sa manière de tout crier sur les toits (→ Esbroufeur, cit.). Absolt. || À ma, ta, sa… manière. || Protester à sa manière (→ Absorber, cit. 1). || Être heureux (cit. 34) à sa manière. || Un homme inculte (cit. 6), mais éloquent à sa manière.Par ext. (En parlant de choses). || Chacun de ces instruments (cit. 8) peut, à sa manière, offrir toute l'échelle des sons.
15 Je n'aime pas qu'on ajoute de mauvaises plaisanteries à de mauvais procédés; ce n'est pas plus ma manière que mon goût. Quand j'ai à me plaindre de quelqu'un, je ne le persifle pas; je fais mieux : je me venge.
Laclos, les Liaisons dangereuses, CLIX.
16 Cela rentre dans ma manière, du reste, de clore mes existences exotiques par une fête; dans des pays divers, j'ai déjà fait ainsi.
Loti, Mme Chrysanthème, LI.
17 (…) Lyautey (…) arriva, à sa manière, brillant, aisé, rapide, en cavalier qui sait que des regards de cavalier le guettent (…)
Jérôme et Jean Tharaud, Rabat, VII.
b La manière dont… : la manière selon laquelle… || La manière dont il s'y prend (→ Carotte, cit. 2), dont on soutient une lutte (→ Adversité, cit. 1), dont on oblige qqn (→ Engager, cit. 10). || Manière dont les bons auteurs parlent la langue (→ Fixer, cit. 15).La manière dont se distribuent et se consomment les richesses (→ Économie, cit. 11). || La manière dont le monde extérieur s'impose à nous (→ Interprétation, cit. 7).
18 Les Allemands mettent trop peu d'importance au sujet d'un poème, et croient que tout consiste dans la manière dont il est traité.
Mme de Staël, De l'Allemagne, II, XII.
19 La manière dont nous aimons ce que nous croyons être une vérité a plus d'importance que la vérité même.
Maeterlinck, la Sagesse et la Destinée, XCVI.
19.1 Comme un géomètre qui, dépouillant les choses de leurs qualités sensibles, ne voit que leur substratum linéaire, ce que racontaient les gens m'échappait, car ce qui m'intéressait, c'était non ce qu'ils voulaient dire, mais la manière dont ils le disaient, en tant qu'elle était révélatrice de leur caractère ou de leurs ridicules (…)
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 718.
c Loc. adv. De (telle ou telle) manière. || De cette manière, de cette manière-là. Ainsi (→ Intervertir, cit. 1). || De toutes les manières (→ Apprendre, cit. 13; buter, cit. 2). || D'une manière ou d'une autre. || De manière ou d'autre (→ Indigent, cit. 3). — ☑ De toute manière : en tout cas, quoi qu'il arrive. → De toutes façons.De quelle manière ? Comment. || D'aucune manière. || S'y prendre d'une manière adroite, prudente. || Vivre d'une manière austère (cit. 7), sordide (→ Âpre, cit. 18).De la manière que… || Sois miséricordieux de la manière que tu le pourras (→ Aumône, cit. 1, Bible). Comme, selon. || Si les choses se sont passées de la manière que vous dites.De la manière dont il s'y prend…Interpréter (cit. 9) un rôle d'une manière conforme aux intentions de l'auteur. || Il voit, il entend les choses d'une tout autre manière. Autrement, diversement (→ Libre, cit. 31). || Concevoir un sujet d'une certaine manière, de la manière la plus simple, de la même manière ( Pareillement), de même manière (→ Absolument, cit. 3). || Dire quelque chose d'une manière gauche, empruntée (cit. 29). Air. || Parler, chanter d'une manière monotone. Ton. — ☑ Iron. et vieilli. De la belle (cit. 72 et 73) manière (→ Dauber, cit. 1) : rudement, sans ménagement.
20 Et vous, qui lui donnez de si douce manière
Votre main à baiser, la gentille bergère (…)
Molière, Mélicerte, II, 4.
21 (…) tout ce que je sais, je l'ai appris à mes dépens; aussi je le sais bien, c'est pourquoi je l'exprime parfois d'une manière un peu tranchante.
Loti, Aziyadé, III, XXIII.
D'une manière générale : dans la totalité, ou dans la plupart des cas. || Les chats sont carnivores d'une manière générale.On peut dire, d'une manière générale, que… : en gros, sans se référer aux cas particuliers.
d En… manière. || Imagination (cit. 3, Voltaire) qui combine les images en mille manières.REM. On dit plutôt de nos jours de mille manières.Cela ne vous regarde en aucune manière, aucunement (→ Ficher, cit. 13). || En quelque manière. Dire (pour ainsi dire), sens (en un certain sens; → Jalousie, cit. 9).
e À la manière, suivi d'un adj. Le (1. Le, supra cit. 35). || Élever son fils à la manière spartiate. — ☑ Loc. prép. À la manière de. Comme. || À la manière des paysans (→ 2. Fin, cit. 18), des moines (→ Frère, cit. 24), des médecins (→ Funeste, cit. 5).Spécialt. (Littér., bx-arts, mus.). Imitation (à l'imitation de). || Vers à la manière de Catulle (→ Hendécasyllabique, cit.), imitant sa manière.N. m. || Un « à la manière de ». Pastiche.
22 (…) j'aurais péché contre l'usage des maximes, qui veut qu'à la manière des oracles elles soient courtes et concises.
La Bruyère, les Caractères, Introd.
23 (…) je dirai qu'il (Delacroix) est mort à la manière des chats ou des bêtes sauvages qui cherchent une tanière secrète pour abriter les dernières convulsions de leur vie.
Baudelaire, Curiosités esthétiques, XIV.
24 (…) il salua à la manière arabe, la tête inclinée, un baiser du bout des doigts, et (…) sortit avec la gravité d'un aga (…)
Alphonse Daudet, Contes du lundi, « Un décoré du 15 août ».
25 (…) Frédéric le patron, coiffé d'un foulard rouge noué derrière la nuque à la manière des pêcheurs du Sud.
P. Mac Orlan, Quai des brumes, I.
f De manière à…, loc. prép. suivie de l'inf., marque la conséquence d'une action avec, le plus souvent, l'idée que cette conséquence a été voulue à l'égal d'un but. Afin (de), pour. || Matelasser une cloison de manière à intercepter (cit. 5) tout bruit. || Manœuvrer de manière à soutenir sa réputation (→ Immutabilité, cit. 3). Autres ex. : → Accommoder, cit. 17; amplification, cit. 1; appliquer, cit. 6; gâter, cit. 7. — REM. La tournure d'une manière à… est vieillie (→ Langage, cit. 11).
26 Entre seize et dix-huit ans, je me suis adonné à l'étude des sciences exactes de manière à me rendre malade, vous le savez.
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 690.
27 Le peintre à fresque (…) prend ses mesures de manière à abréger par des travaux préparatoires le travail définitif.
E. Delacroix, Journal, 25 janv. 1857.
28 Apprends donc un métier et tâche de l'exercer de manière à gagner ta vie honorablement sans y gaspiller toutes tes forces.
G. Duhamel, Défense des lettres, II, XI.
g Loc. conj. De (telle) manière que…, suivi de l'indic., introduisant une conséquence de fait (→ Bas-côté, cit. 1; fossé, cit. 6) ou du subj., introduisant une conséquence voulue, possible… (→ Assembler, cit. 3; brûler, cit. 1; intervertir, cit. 3). Façon (de façon, de telle façon que), point (au point que), si (bien que), sorte (de telle sorte que), tellement. || « Il a parlé, il a agi de manière que l'on a vu clairement ses intentions » (Académie). || Ils le garrottèrent (cit. 1) de manière qu'il ne pût remuer les jambes.REM. De manière que peut être suivi d'un conditionnel marquant une hypothèse.
29 C'était le mois prochain qu'ils devaient s'enfuir (…) Elle aurait eu soin d'envoyer chez Lheureux son bagage, qui serait directement porté à l'Hirondelle, de manière que personne ainsi n'aurait de soupçons (…)
Flaubert, Mme Bovary, II, XII.
h De manière à ce que… : de manière que (conséquence voulue). → Ça, cit. 1, Zola; incompressible, cit., Barbey d'Aurevilly. — REM. Cette locution assez lourde, condamnée par Littré et par certains puristes, est employée par de bons auteurs pour marquer nettement l'intention, le but à atteindre (cf. Grevisse citant Hugo, Flaubert, Mérimée, Villiers de l'Isle-Adam, France, Gide).
30 Le cabinet de Fouquier-Tinville (…) se trouvait placé de manière à ce que l'accusateur public pût voir défiler dans leurs charrettes les gens que le tribunal révolutionnaire venait de condamner.
Balzac, Splendeurs et Misères des courtisanes, Pl., t. V, p. 928.
31 De sorte, de façon, de manière s'unissent régulièrement par que au verbe de la conséquentielle (…) Cependant, par analogie avec le tour infinitif (de façon à, de manière à…), sans doute aussi en vue d'accentuer le caractère analytique de l'expression, on en est venu à introduire devant le que de ces constructions le démonstratif ce. En 1868, Littré protestait déjà contre cette surcharge : « De manière à ce que est une locution vicieuse dont il faut se garder… » N'empêche que beaucoup d'écrivains n'hésitent pas à l'écrire : « Je le ferai de manière à ce qu'il croie que tout le monde est de mon côté ». Th. Gautier, Mlle de Maupin, 173 (…)
G. et R. Le Bidois, Syntaxe du franç. moderne, no 1522.
i De la manière que (vieilli), de la manière dont… : étant donné la manière selon laquelle, d'après la manière dont…REM. De la manière que, bien que vieilli, s'emploie encore dans des phrases comme de la manière qu'il s'y prend, qu'il travaille, il n'aboutira à rien.
32 Néanmoins, il y a trois ou quatre personnages qui n'étaient pas bêtes, de la manière qu'ils sont ici dépeints (…)
Racine, Remarques sur l'Odyssée, VI.
33 (…) de la manière dont vous m'écrivez, il faut bien que je pleure en lisant vos lettres.
Mme de Sévigné, 136, 18 févr. 1671.
4 (XIIe). Littér. a (XIVe). Une manière de… (et subst.). Espèce, sorte, variété. || L'amitié (cit. 14, Cocteau) entre homme et femme est une manière d'amour. || Une manière d'apostasie (→ Habit, cit. 18). || Une manière d'hippodrome (→ 1. Lice, cit. 5). || Une manière de salut. Apparence, semblant. || Une manière de philosophe (→ Affranchissement, cit. 3), de jeune seigneur (→ Inconnu, cit. 27).
34 (…) nous avons concerté ensemble une manière de stratagème (…)
Molière, l'Amour médecin, III, 3.
35 Quand j'aurai ma retraite, j'irai dans une manière de trou, j'en serai le maire (…)
Balzac, le Médecin de campagne, Pl., t. VIII, p. 509.
b (XIIe). Loc. prép. En manière de… : sous forme de…, en forme de… || Roman construit en manière de poème (→ Généralité, cit. 6). || En manière de chant (→ Injurier, cit. 3).En manière de consolation. Guise (en guise de), pour (→ Indétermination, cit. 2).
36 Le théâtre est une grande salle, en manière d'amphithéâtre (…)
Molière, les Amants magnifiques, 6e Intermède.
37 (…) il se contentait de dire, avec son chauffeur, en manière de plaisanterie, qu'elle (la locomotive) avait, à l'exemple des belles femmes, le besoin d'être graissée trop souvent.
Zola, la Bête humaine, V.
c Loc. prép. Par manière de… Vx ou littér. || Par manière de civilité (cit. 2), de passe-temps (→ Jargon, cit. 4) : pour être poli, pour passer le temps. || Par manière de plaisanterie. || Faire quelque chose par manière d'acquit. || Il a dit cela par manière de parler et (de nos jours), ellipt (fam.), il a dit cela manière de parler, incidemment, négligemment, sans y attacher d'importance.REM. On dit, dans le même sens : c'est manière de parler, c'est une manière de parler.
38 (…) et par manière de plaisanterie, histoire de manifester son enthousiasme, (il) lança à plat dans la poitrine du brigadier, un coup de soulier « à la vache ».
Courteline, le Train de 8 h 47, I, VI.
39 (…) deux ou trois gamins du bourg, par manière de jeu, s'approchèrent à pas de loup et regardèrent par-dessus son épaule.
Alain-Fournier, le Grand Meaulnes, I, VII.
5 Gramm. || De manière : qui marque de quelle manière est qqn, qqch., se fait qqch. || Complément de manière. || Adverbes (cit. 2) de manière. Adverbe, et suff. -ment (ex. : il avance avec lenteur, lentement). || Prépositions de manière. Préposition. || Locutions conjonctives de manière. || Propositions circonstancielles de manière. || L'idée de manière peut être exprimée aussi par un gérondif (s'enfuir en courant), un infinitif (parler sans réfléchir), un attribut (être en mauvais état).
———
II (1170). Extérieur d'une personne.
1 Au sing. (Vx). Air, allure, tournure. || Homme bien fait (cit. 259), d'agréable manière.
40 — Sa physionomie ? — Toute honnête, et pleine d'esprit. — Son air et sa manière ? — Admirables, sans doute.
Molière, l'Avare, I, 4.
2 (Av. 1180, meneires). Au plur. || Les manières : le comportement; l'ensemble des gestes, des procédés d'une personne dans la vie de société, considérés surtout au regard de l'effet qu'ils produisent sur autrui. Attitude (cit. 14), extérieur. || Les manières des grands (→ Entêtement, cit. 1). || Homme qui en impose par ses manières (→ Empire, cit. 7; liant, cit. 5). || Être froid dans ses manières (→ Laconique, cit. 2). || Manquer de hardiesse (cit. 11) dans ses manières. || Femme excentrique de manières (→ Impossible, cit. 22).Avoir, prendre de mauvaises manières. Genre. || Manières cavalières, dégagées, désinvoltes. Allure.Manières affables, avenantes (cit. 5). || Manières câlines ( Câlinerie), engageantes (cit. 2). Coquetterie. || Manières patelines, paternes (→ Patte de velours). || Manières arrogantes (cit. 3), déplaisantes, insolentes (cit. 9). || Manières affectées. — ☑ Vx. Manières de carrefour, de courtisan.Manières élégantes, exquises, raffinées du gentleman (cit. 1). || Manières convenables, correctes, courtoises, distinguées ( Distinction). || Manières choquantes, communes, grossières, vulgaires, frustes (cit. 5), rudes. || En voilà des manières ! || Arrondir ses manières. || Aisance, simplicité ( Bonhomie) des manières. || Affectation (cit. 5), recherche dans les manières. Mignardise, minauderie, préciosité, singerie.Apprendre les bonnes, les belles manières, les usages du monde (→ aussi Impersonnel, cit. 4). Usage.
41 Les manières, que l'on néglige comme de petites choses, sont souvent ce qui fait que les hommes décident de vous en bien ou en mal : une légère attention à les avoir douces et polies prévient leurs mauvais jugements.
La Bruyère, les Caractères, V, 31.
42 Ses manières tenaient le milieu entre l'homme de cour qu'il n'avait jamais été et l'homme de robe qu'il aurait pu être.
Hugo, les Misérables, III, II, II.
43 Ses manières affables, toutes rondes, un peu trop familières peut-être pour certains, un peu trop expansives, un peu peuple, lui avaient acquis dans sa petite ville et dans les campagnes alentour une popularité de bon aloi.
R. Rolland, Jean-Christophe, Antoinette, p. 831.
44 Ce beau secret, si simple, il est dans ces hautes manières, nobles sans morgue, affables sans condescendance, polies sans familiarité (…)
Jérôme et Jean Tharaud, Rabat, VII.
44.1 Mais si l'on songe que l'automatisme appelé bonnes manières détruit toute spontanéité, tout exercice véritable de l'esprit, toute possibilité de poésie, on concevra aussi que le véritable exercice de l'esprit, la poésie, détruise tout automatisme et toutes bonnes manières.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 525.
Fig. || Les manières et le caractère (cit. 69) d'une nation (→ aussi Goût, cit. 18).
Absolt. Les usages du monde. Civilité, politesse, urbanité. || Acquérir (→ Inné, cit. 1), avoir des manières. || Donner des manières à qqn, l'éduquer (→ Empire, cit. 5). || Manquer de manières, d'éducation (→ Être sans-gêne).
Fam. (Avec une nuance dépréciative). Mod. Cérémonie, chiqué, embarras, façon.Se réunir en famille (cit. 24) sans manières.Elle en fait des manières ! quelle poseuse ! Chichi, contorsion, magnes (pop.).
Spécialt. Attitude hésitante d'une personne qui se fait prier pour se rendre à une invitation, accepter une offre… Histoire, simagrée. || Ne fais pas tant de manières, accepte donc. || Il fait bien des manières pour avaler sa potion.
DÉR. Maniéré, maniérer, maniériste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • manière — [ manjɛr ] n. f. • 1120; subst. de l a. adj. fr. manier, bas lat. manuarius « de la main, en main » I ♦ 1 ♦ Forme particulière que revêt l accomplissement d une action, le déroulement d un fait, l être ou l existence. ⇒ façon, 2. mode, 2. moyen.… …   Encyclopédie Universelle

  • maniere — Maniere, f. acut. Via, Modus, Ratio, Mos. Maniere de faire, Gestus. La maniere d escrire, {{o=descrire}} Stylus, Forma. La maniere et reigle de bien parler, Formula dicendi. Une maniere de briganderie, Forma latrocinij. Je vous monstreray la… …   Thresor de la langue françoyse

  • maniere — Maniere. s. f. v. Façon, sorte. En toute maniere. de quelque maniere que ce soit. je ne veux pas que cela soit de cette maniere. je l escriray de la bonne maniere. de quelle maniere voulez vous que je m y conduise? faites cela de quelque maniere… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • maniéré — maniéré, ée (ma nié ré, rée) part. passé de maniérer. 1°   Plein de manière, d affectation. Cet homme est fort maniéré. •   Elle en fera des singes maniérés ou d étourdis polissons, J. J. ROUSS. Ém. V. •   Fi des coquettes maniérées !, BÉRANG.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • mâniere — mâniére s.f. (înv.) pedeapsă. Trimis de blaurb, 06.07.2006. Sursa: DAR …   Dicționar Român

  • Manière — Fréquent en Bourgogne (21), le nom est à rapprocher des formes Manières (24, 79, 66), Magnère (03, 21), Magnères (66, 46), Magnière (88, 03). C est un toponyme avec le sens de manoir ou de demeure rurale, ferme . Plusieurs communes françaises s… …   Noms de famille

  • manière — (ma niè r ) s. f. 1°   Façon d être, façon d agir, procédé. •   Dites moi seulement que vous ne m aimez plus, Ces deux mots suffiront pour réduire en poussière.... Va, quand il me plaira, j en sais bien la manière, CORN. Tois. d or, II, 2. •    …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MANIÈRE — s. f. Façon, sorte. De toute manière, de quelque manière que cela soit, de manière ou d autre. Je ne veux pas que cela soit de cette manière. Je lui écrirai de la manière la plus pressante. De quelle manière voulez vous que je me conduise ? Je m… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MANIÈRE — n. f. Façon dont une chose se produit. De toute manière, de quelque manière que cela soit, de manière ou d’autre. Il signifie aussi Façon dont on agit, dont on parle, dont on pense. Je lui écrirai de la manière la plus pressante. Je m’y prendrai… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • manière — nf., façon ; geste ; procédé. (au pl. en sav.), façon d agir, comportement : MANyÎRE (Albanais.001, Alby Chéran.052, Annecy.003, Compôte Bauges, Samoëns.010, Thônes.004 | Montagny Bozel), manyé e (Jarrier), manyére (Aix.017, Chambéry.025,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.